Parfois, vous apercevez quelque chose d’unique, et vous savez immédiatement que vous ne le reverrez jamais. Sur ces pages, vous pouvez partager vos meilleures histoires ailleurs qu’autour d’un feu de camp.

Jon Baker

Un compagnon bourru

Janvier 2013 • Parking du supermarché Tesco de Leatherhead, Surrey, Angleterre
Partager sur:

“L’hiver était propice à l’observation de jaseurs boréaux et comme je n’en avais observé qu’une seule fois auparavant, j’avais emmené mes jumelles dans la voiture – au cas où.”

Nous allions au supermarché Tesco pour faire nos courses hebdomadaires ; le supermarché était bondé, et la seule place que nous avons trouvée était tout au fond du parking. En descendant de la voiture, j’ai remarqué un groupe d’oiseaux d’apparence boulotte, semblables à des étourneaux. Et en effet, quand j’ai saisi mes jumelles, j’ai remarqué qu’il s’agissait de jaseurs boréaux – ils étaient une vingtaine ! Mon épouse, sentant que le combat était perdu d’avance, a choisi d’aller faire les courses en me laissant seul.

Observer ces magnifiques oiseaux en train de piller les buissons de cotonéaster sous la magnifique blancheur du soleil hivernal était un instant merveilleux. Ce qui est arrivé ensuite était encore meilleur. Je fus surpris par une question – « Qu’est-ce que tu regardes, mon pote ? ». Le crâne rasé, les tatouages et les boucles d’oreille de son auteur ne firent rien pour me mettre à l’aise. « Heu, je suis ornithologue (sous-titres : “Je ne suis pas un pervers ; ne me faites pas de mal.”) et il y a des oiseaux inhabituels dans ces arbres. Ce sont des jaseurs boréaux et, contrairement à certaines années, on en observe quelques-uns dans les parages cet hiver. » « Fais voir ? », me répondit-il ; je lui ai donc prêté mes jumelles en continuant à parler des oiseaux et de l’ornithologie en général. « Ils sont magnifiques. D’où est-ce qu’ils viennent ? »

Au cours de la vingtaine de minutes qui a suivi, plusieurs personnes sont venues me demander ce que je regardais et, immanquablement, elles étaient ravies de voir les oiseaux et d’écouter quelqu’un leur expliquer de quoi il s’agissait. Certains étaient ornithologues amateurs et avaient entendu parler des jaseurs boréaux, mais ne les avaient encore jamais vus. D’autres ne savaient absolument rien sur les oiseaux. Le meilleur commentaire que j’ai entendu était – « Je ne savais pas que les oiseaux pouvaient être aussi magnifiques. » J’aime à penser que ce jour-là, au moins un nouvel ornithologue s’est découvert une vocation et quelques personnes se sont éveillées à la nature autour d’elles. Cela reste en tout cas incontestablement la meilleure expérience d’ornithologie de ma vie !

Que voulez-vous lire ensuite ?