Parfois, vous apercevez quelque chose d’unique, et vous savez immédiatement que vous ne le reverrez jamais. Sur ces pages, vous pouvez partager vos meilleures histoires ailleurs qu’autour d’un feu de camp.

Mark Thorpe

Pourquoi partir plus loin…

23 août 2013 • Nusa Penida, Bali
Partager sur:

“Lorsque nous vivions en Indonésie, ma femme et moi avons décidé d’aller nous détendre sur l’île de Nusa Penida, au sud-ouest de Bali.”

Comme d’habitude, pendant que je préparais mon matériel photo, Terri m’a regardé en levant les yeux au ciel, comme elle le fait si souvent, l’air de dire – « D’accord, c’est donc encore un voyage photographique ». Mon épouse est un roc.

J’emportais plus particulièrement mes téléobjectifs photographiques, car j’avais en tête d’essayer de photographier l’un des oiseaux indigènes les plus menacés de la région, l’étourneau de Bali, qui est en danger critique d’extinction.

Un plumage blanc avec des pointes noires aux ailes et à la queue et des éclats de peau bleu roi autour des yeux confèrent à cet oiseau un attrait international, hélas préjudiciable à sa propre survie. Le commerce illégal et le braconnage ont réduit ses effectifs à près de zéro dans sa région d’origine.

Lorsque nous sommes arrivés sur l’île pittoresque et très calme, nous nous sommes dirigés vers les régions boisées. Nous passions chaque jour des heures assis dans l’espoir d’apercevoir furtivement cet oiseau insaisissable.

Au troisième des quatre jours de notre escapade, nous n’avions toujours pas eu de chance et je commençais à être découragé par la perspective de ne pas voir cette merveille durant notre voyage.

La veille du troisième après-midi s’est terminée et nous sommes repartis vers notre petit gîte chez l’habitant – un petit établissement isolé et modeste, dont le propriétaire est venu à notre rencontre. En nous accueillant près de la voiture avec un doigt sur ses lèvres et en lançant rapidement sa tête en arrière, il nous a invités à le suivre – « Taisez-vous et suivez-moi ». J’ai saisi mon appareil photo, un EOS 5D Mark II équipé d’un objectif 100-400 mm f3.5-5.6.

Nous sommes rentrés discrètement dans son jardin et nous sommes dirigés vers la chambre que nous louions. Soudain, il m’a attrapé par le bras, a encore posé son doigt sur ses lèvres et a lentement tourné sa tête en désignant lentement un endroit.

Quelle magnificence ! Perché sur une branche d’un arbre face à notre véranda se trouvait un étourneau de Bali solitaire. Un spécimen resplendissant d’une véritable merveille aviaire posait pour mon appareil photo.

J’ai réalisé une trentaine de prises de vue, tandis que mon modèle semblait lire dans mes pensées, tournant et penchant sa tête aux bons moments. C’était une rencontre incroyable. Terri m’avait rejoint pour apercevoir l’oiseau tant recherché, et était absolument émerveillée par cette rencontre.

Alors, la prochaine fois que vous vous rendrez à Bali, pensez à faire un détour par cette île toute proche, sur laquelle un programme de reproduction en captivité a aujourd’hui permis d’établir une trentaine de paires de reproducteurs. Il y a encore de l’espoir.

Que voulez-vous lire ensuite ?